Chronique littéraire 020 : « Atroces origines : Peur sur Nantes » d’Arnaud Niklaus

TITRE : Atroces origines : Peur sur Nantes

AUTEUR : Arnaud Niklaus

EDITEUR : Les Editions du Menhir

GENRE : Fantastique – Horreur – Young Adult – Adulte

136 pages

Pour un public averti.

DATE DE PARUTION : 16 juin 2021

Disponible en ebook et broché, sur internet et en librairie, à partir du 16 juin 2021.

NOTE : 4/5

RESUME : « Que se passe-t-il sur le campus du Tertre à Nantes ? Alors que des meurtres d’une sauvagerie inouïe se multiplient dans la ville, Héléna, jeune étudiante, se sent devenir de plus en plus… étrange. Son changement de comportement a-t-il quelque chose à voir avec cette série d’événements sordides ? Et si son passé constituait la clé de tout… ? »

AVIS : J’ai cherché comment définir ce roman et je pense que le terme d’O.L.N.I. (Ouvrage Littéraire Non Identifiable) lui correspond bien. Ne vous méprenez pas, ce terme n’est nullement péjoratif. C’est juste que dans ce livre tout est surprenant mais que rien dans le résumé ne le laisse présager.

Pour commencer le format est très court, ce qui a obligé l’auteur à développer son intrigue rapidement, en se débarrassant de tout ce qui prend beaucoup de place, comme les descriptions détaillées et les personnages secondaires. C’est réussi puisque l’on reste dans un périmètre restreint et hormis les personnages principaux, les autres font office de figurants.

Le rythme va crescendo, se calquant sur le changement de comportement d’Héléna, dont on suit la descente aux enfers avec une certaine curiosité. Le suspense en devient haletant et le désir de connaître le fin mot de l’histoire est intense.

Cependant, je reste un petit peu sur ma faim, parce que j’ai plus l’impression d’avoir lu une grosse nouvelle qu’un roman à part entière. Il n’y a pas vraiment de début, de mise en situation, le lecteur est directement plongé dans l’intrigue. Je me suis sentie un peu égarée dans cet univers, l’entrée en matière étant quelque peu brutale.

Malgré tout, le fait d’alterner les passages à la troisième personne et ceux à la première permet d’entrer complètement dans le récit. Ce dernier est d’ailleurs très original et sans aucune morale ou message à lire entre les lignes, c’est du divertissement à l’état pur. Je vous avoue que j’ai vraiment apprécié, car je pense que lire juste pour le plaisir, et non pas pour réfléchir sur un problème de société, l’écologie et compagnie, parfois ça fait du bien.

Pour les côtés horrifique et fantastique on est totalement dedans. Personnellement, je préfère ajouter la fameuse étiquette « pour public averti », parce que certains passages sont tout de même assez rudes. En ce qui concerne les moments réalistes, je n’ai pas été convaincue, certains détails ne collent pas. Par exemple, une histoire d’issue de secours… Je ne vous en dis pas plus, il vous faudra lire cet ouvrage pour me donner raison ou tort.

Il y a beaucoup de répétitions et de coquilles par rapport au nombre de pages. Cependant, ce roman est très original et la fin est, à mon sens, très bien trouvée. L’auteur manie les mots avec une grande dextérité et sa plume est vraiment agréable à lire. 

Merci à Arnaud Niklaus pour ce divertissement hors-cadre.

Passionné de fantastique et de science-fiction, Arnaud Niklaus est l’auteur de la saga « La Destinée des Désolations ».

Vous pourrez vous procurer l’ouvrage dès sa sortie par ici

Pour suivre l’actualité de l’auteur c’est sur Facebook ainsi que sur son site internet.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :