Lettre 011 : « Cher Karma (1) »

Lettre 011

06 juin 2021

Cher Karma,

Nous sommes clairement d’accord que tu te fous de ma gueule ?! (C’est vulgaire mais fallait pas pousser Mémé dans les orties.) Je m’en contrefiche que ma parole ne soit pas impeccable. Arrête un peu de te cacher derrière les accords toltèques ou ceux d’Evian, ou de Contrex, bref tu m’embrouilles l’esprit avec tes préceptes. Tu me dois des explications.

Il y a quelques jours, j’attendais mon tour à la caisse du supermarché, il était midi. Un jeune homme à la mine défaite, tenant un sandwich et une canette entre ses mains a pris place derrière moi. J’ai pensé que sa pause repas devait être courte, je lui ai donc cédé ma place. L’instant d’après, cher Karma, tu as décidé de me récompenser pour ma bonne action d’une façon assez inattendue. J’ai ainsi vécu ce moment que toute personne redoute, lorsque la caissière décroche son téléphone et que l’on a une pensée émue pour le surgelé qui, telle la banquise, fond à vue d’œil sur le tapis.

L’employée a appelé trois fois le rayon des fruits et légumes pour obtenir le prix du manioc. J’habite un coin paumé de France métropolitaine où l’on capte plus souvent le Edge que la 4G, où l’on n’a pas eu d’eau potable durant plus de deux mois, où les routes ne sont pas assez larges pour bénéficier d’un marquage, par contre on trouve du manioc au supermarché du coin. Autant demain y’a Denis Brogniart qui va venir tourner Koh-Lanta dans mon village. Je me vois bien être filmée en descendant ma poubelle, puis passer en prime time sur TF1 présentée comme une indigène effectuant un rituel païen. J’imagine tellement la fierté de mes parents.

Cher Karma, revenons-en à notre attente, si longue que mes pavés de saumon ont commencé à remonter le tapis dans l’espoir de retourner sur l’étal du poissonnier. La caissière perdant patience a mis le manioc de côté. Elle a alors pris un paquet d’épis de maïs bio pour le scanner. Et là c’est le drame, la caisse s’est bloquée. Nouvel appel, cette fois-ci à l’accueil, pour obtenir le fameux badge qui résout presque tous les problèmes. J’ai commencé à me demander si le troisième article serait une cuisse d’antilope. Il doit y avoir des rayons qui mènent vers un univers parallèle dans ce magasin.

Je pense que le jeune homme devant moi a fini par être licencié pour abandon de poste. Le préposé au rayon fruits et légumes n’a jamais daigné montrer sa trombine. Devant nous ça discutait cuisson du manioc, dans le caddie j’ai laissé le manchot entamer le paquet de Croustibat, derrière ça faisait la queue comme sur l’A7 un 15 août. Puis la cliente, dont le gamin se comportait tel Donnie de la famille Delajungle, a décidé d’abandonner la partie et de remettre son entraînement pour Koh-Lanta à plus tard.

Tu m’expliques le signe à interpréter ? Aide ton prochain et tes produits frais tu jetteras ?!

Tsss, tssss, laisse-moi finir avant d’objecter je ne sais quel argument psycho-philosophique que l’on trouve dans les papillotes. La même semaine, j’ai acheté une paire de chaussures dans une boutique. Attention, pas chez un franchisé d’une multinationale, mais bien une petite entreprise locale. J’ai porté celles-ci une demi-journée avant que mon pied ne passe au travers. Lorsque je commande chez L’Amazone le produit me dure dix ans. Tu ne te moquerais pas un peu de moi, non ?

Je ne crois pas en la résurrection, j’ai donc du mal à garder mon sérieux quand on me sort que si j’adore le chocolat c’est que j’ai dû être Willy Wonka dans une autre vie. Si pour certains la trépanation est la seule ouverture d’esprit possible, en ce qui me concerne je suis capable d’admettre beaucoup de choses. Alors imaginons que je fasse un effort surhumain pour envisager l’hypothèse que tu me fasses payer les actes commis sous un autre avatar, je me rends surtout compte que le pardon ce n’est pas vraiment ton truc.

Cher Karma, prends garde, la roue tourne et n’apporte pas toujours la bonne fortune.

A bientôt pour de nouvelles aventures…

Crédit photo : mohamed Hassan sur Pixabay.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :