Chronique 030 : « L’Adieu à Camille » de Guy-Roger Duvert

TITRE : L’Adieu à Camille

AUTEUR : Guy-Roger Duvert

EDITEUR : Autoédition

GENRE : Polar – Thriller – Science-Fiction

279 pages

DATE DE PARUTION : 6 juin 2021

Disponible en ebook et en broché, sur internet.

NOTE : 4/5

RESUME : « Installé depuis deux ans à la PJ de La Rochelle après avoir fui la capitale, le capitaine Gabriel Podilsky gère son deuil aussi bien que possible, ayant préféré s’aider de récentes technologies révolutionnaires là où d’autres se laissent tomber dans la dépression ou dans l’alcoolisme. Enclin aux relations conflictuelles, à la mauvaise foi et à un certain cynisme, ses rapports avec ses collègues se sont vite montrés compliqués, mais ne l’ont pas empêché de gagner une légitimité certaine sur place.

Lorsqu’on l’envoie enquêter sur la mort d’une actrice hollywoodienne venue tourner un long métrage international sur l’Île d’Aix, il n’est pas surpris d’y trouver des histoires de sexe, de drogue, de pouvoir et d’argent. Il l’est déjà beaucoup plus en découvrant que la même technologie dont il profite s’avère possiblement liée au meurtre. Il lui faut vite dénouer l’affaire, car pendant ce temps, les morts s’accumulent. »

AVIS : Un Guy-Roger Duvert c’est comme un Musso ou un Bussi, on reconnait la plume dès les premières lignes.

Ici, l’auteur change totalement d’univers pour nous offrir un roman policier finement saupoudré de science-fiction. J’aurais plutôt dit d’anticipation tellement les éléments futuristes sont peu nombreux et totalement intégrés à un récit qui pourrait se dérouler à notre époque.

Les puristes du genre n’y trouveront peut-être pas leur compte car cela reste un polar à l’intrigue assez légère, du moins en apparence. Vous ne frissonnerez pas de peur que l’assassin traverse les pages, nous ne sommes pas dans un thriller pur et dur. Alors qu’est-ce qui m’a tant plu dans cet ouvrage ?

La psychologie… et la fin ! C’est extrêmement personnel mais j’ai toujours pensé que l’on ne peut pleinement goûter au plaisir d’un livre s’il ne se termine pas de façon savoureuse. Celle de « L’Adieu à Camille » remet toute l’intrigue en perspective et donne du relief à certains passages qui semblent lisses à la première lecture. Car s’il y a des rebondissements, ce n’est pas non plus une partie de Cluedo endiablée. Cependant, la conclusion redistribue les cartes. Toujours cette double lecture qui nous invite à réfléchir au-delà de l’histoire, et à nous questionner sur le rôle que nous jouons dans la société.  

C’est le quatrième roman de cet auteur que je chronique, pour éviter de devenir rébarbative je passe très rapidement sur le style d’écriture. Celui-ci est accessible à tous, le vocabulaire est bien choisi, il se lit tout seul et est drôlement addictif. Petit bémol sur le nombre de coquilles un peu plus élevé dans cet ouvrage, connaissant la rigueur de l’auteur cela m’étonne même un peu. Par contre quelle évolution au niveau des descriptions, plus fines, plus immersives.

La richesse et la diversité des personnages sont encore une fois présentes. Leur psychologie et leur histoire sont étayées et les rendent particulièrement attachants. Pourtant, en ce qui concerne le capitaine Podilsky, si vous m’aviez demandé de le décrire avant les trois quarts de ma lecture, il aurait été affublé de quelques noms d’oiseaux tellement cet homme est antipathique.

Les émotions sont instillées de façon à ce que le lecteur s’en imprègne sans en prendre conscience, devenant partie prenante de l’histoire. Je trouve que cela donne au récit une certaine authenticité. Il y a même une pointe de sarcasme assez drôle, mais qui ne fera peut-être pas rire tous les aficionados de viennoiseries.

Pour conclure, c’est un choix audacieux de la part de tout auteur de sortir de sa zone de confort. Malgré quelques fausses notes, ce roman est agréable à lire et j’espère que Guy-Roger Duvert nous livrera à nouveaux des ouvrages d’un autre genre.

Guy-Roger Duvert est compositeur de musiques de films («Transformers 3», «Prometheus», etc.), réalisateur («Virtual Revolution») et auteur (saga « Outsphere »). Vous pouvez suivre son actualité sur Instagram. « L’Adieu à Camille » est son septième et dernier roman en date.

Pour lire cet ouvrage c’est par ici.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :