Lettre 005 – Cher Père Noël

Lettre 005

7 novembre 2020

Cher Père Noël,

Tu sais que je partage les lettres que je t’adresse avec mes amis, proches, connaissances… certains apprécient. D’ailleurs, Blandine t’embrasse ! Si ça peut mettre un peu de baume au cœur et quelques sourires aux lèvres, j’en suis heureuse. Je continue donc à les partager, si tu es toujours d’accord.

Revenons-en à notre manchot et son déménagement. Comme tu le sais, Mathieu s’est rendu au centre antidouleur. Il en est revenu avec ses douleurs et un appareil pour les soulager. Un immense merci Père Noël, c’est un magnifique cadeau. A force d’être appareillé, mon mari c’est l’homme qui valait 3 dinars.

Mais le manchot dans tout ça ? J’y viens ! C’est qu’il nous a été demandé de ranger les électrodes qui vont avec l’appareil, pour mon cher et tendre, dans le bac à bières. Dans lequel j’ai réussi à glisser quelques légumes et une pâte feuilletée. Du coup, notre nouvel ami se trouvant quelque peu à l’étroit, nous l’avons relogé dans le congélateur. Il s’y plait beaucoup.

Ce matin, j’ai eu une grosse frayeur. Le congélateur émettait un boum boum de boîte de nuit, signe d’un « je vais mourir mais entre le black Friday et Noël, histoire d’honorer monsieur Murphy ». J’ai ouvert la porte de l’engin, des fois que je trouve une solution entre les côtes de porc et les boulettes. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce fut le cas. Voilà pas que notre manchot adoré se trémoussait, chantant à tue-tête « Poker Face », se servant d’un Croustibat comme d’un micro. Devant mon air stoïque, il s’est fendu d’un large sourire et s’est vanté d’imiter à la perfection Lady Glagla. J’ai tellement ri que je crois que je me suis luxée le diaphragme.

J’ai bien noté dans ta dernière lettre que te demander une pelle alors que je n’ai pas de jardin, ce n’était pas une belle idée…

Je te laisse Père Noël, je vais aller cultiver mon ulcère. Tu n’es pas sans savoir que ma belle-grand-mère, tu sais celle qui a fait péter sa maison avec le gaz, nous a retrouvé. Malgré le fait qu’on ait déménagé sans lui laisser d’adresse et en coupant la ligne téléphonique. Je commence à me demander si le diable ne s’habille pas en Damart.

Je t’embrasse bien fort et la mère Noël et les lutins et les rennes !!!

A très vite !

Crédit photo : Here and now, ends my journey on Pixabay sur Pixabay.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :