Lettre 008 – Cher lutin gourmet ou Lu-Thym

Lettre 008

11 novembre 2020

Cher lutin gourmet ou Lu-Thym,

Tout comme toi, j’ai une passion pour la cuisine. J’estime que préparer à manger pour les personnes qui nous entourent, c’est une façon de leur prouver l’amour qu’on leur porte. Je ne suis pas peu fière d’avoir enfin réussi à concocter un porc au caramel qui exalte les papilles de mon cher et tendre. Ce que j’affectionne le plus lorsque je suis aux fourneaux, c’est d’improviser. Tu comprends donc aisément que je ne fasse que très rarement de la pâtisserie. Par contre, je ne suis pas contre le fait de tester les recettes des autres. Quoique parfois, je m’en serais bien abstenue…

J’ai eu la chance de gagner des repas dans une auberge, j’ai eu tout autant de chance d’en repartir avec un système digestif intact. Le déjeuner entre amoureux s’est transformé en une manche hardcore du diner presque imparfait. Tout a commencé par un petit jeu en attendant l’apéritif, qui consistait à trouver une dosette de mayonnaise qui ne soit pas périmée. Nous avons tous les deux perdus. L’apéro est tombé à pic comme lot de consolation. Enfin, surtout une bière dans un seau à champagne. Il y avait tellement de glace que j’ai dû faire un effort surhumain pour ne pas crier : « Iceberg droit devant ! ». La situation a dégénéré quand la fameuse bière a été servie dans un verre empli à ras bord de glaçons. Je n’ai alors pu m’empêcher de fredonner « My Heart Will Go On ». Mathieu est devenu si pâle, que je pense que sa part de sang belge s’est suicidée.

Cher Lu-Thym, les maigres espoirs que je gardais quant au bon déroulement de ce repas se sont envolés dès l’instant où la serveuse m’a indiqué qu’en plat du jour il restait un morceau de ceci, un bout de cela et une part d’autre chose. Puis, j’ai commencé à douter à propos de nos chances de survie lorsque mon tendre époux a commandé une entrecôte bleue et qu’on lui a effectivement servi une entrecôte de couleur bleu. Lui qui est païen comme pas deux s’est signé à chaque bouchée. Il a même fini par les avaler accompagnées de mayonnaise, partant du principe qu’en additionnant deux choses négatives il en résulterait une de positive. J’ai commencé à réciter le Notre-Père…

Pour le dessert, Mathieu a commandé un flan. Lorsqu’on lui a apporté, j’ai demandé hilare où se trouvait la caméra. Dans son assiette tanguait dangereusement une tranche d’une substance gélatineuse posée délicatement à la truelle.

Si je partage l’avis de Rémi, le rat dans « Ratatouille », que tout le monde est capable de cuisiner, force est de constater que pour certains ça revient à commettre un crime contre l’humanité.

Cher lutin gourmet, demain, avec le manchot di congelo nous avons prévu une séance dessin animé. Comme promis, j’écrirai donc à la Mère Noël pour lui raconter ce moment qui devrait être fort sympathique.

De petits bisous à tous !

Crédit photo :  지원 이 sur Pixabay.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :