Lettre 030 : Chers habitants du Pôle Nord

Lettre 30

26 décembre 2020

Cher Père Noël, chère Mère Noël, chers lutins, chers rennes…

Merci pour tout ! C’était un Noël sans prétention, sous conditions, mais tout de même un bon Noël. Je ne vais pas vous mentir, tout n’était pas forcément à sa place et, comme d’habitude, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Mais par rapport à la galère de cette année, j’estime que nous avons relativement bien vogué.

Merci pour les beaux cadeaux que vous m’avez apportés, dont celui que j’avais demandé dans ma dernière lettre. Je ne m’attendais pas à avoir autant de retours un soir de réveillon. Les lecteurs ont joué le jeu des partages et cela me comble de joie. Mais j’aborderai le sujet plus en détail dans une lettre un peu spéciale qui sera publiée le 28 décembre.

Chers vous tous, je vous imagine réunis, un feu crépitant dans l’âtre, à attendre avec impatience que le Père Noël vous lise mes dernières tribulations. Car oui, cela n’aurait pas été un Noël réussi, s’il ne m’était pas arrivé quelque chose d’anecdotique.

Il y a quelques jours, j’ai décidé de m’acheter un rouge à lèvres super rouge. Je ne me maquille quasiment jamais, mais j’avais envie de faire cette folie à l’occasion des fêtes. Vous auriez dû voir la tête de la vendeuse lorsque je lui ai demandé un rouge pétasse. Je voulais évidemment parler du rouge iconique, mais le naturel m’a rattrapé au triple galop. Elle m’a vendu une encre à lèvres. D’habitude, je fuis les vendeuses comme la Covid (faut se mettre à la page, fuir la peste c’est comme les anciens francs, totalement has-been.). Surtout depuis cet essayage, où l’on m’a affirmé que je portais une robe comme un gant, alors que je ressemblais plutôt à une rosette boudinée dans sa ficelle. Bref, il parait qu’à force de se planter, on devient une fleur… moi, je vais finir en baobab.

Donc, Noël arrive et je décide de sortir le grand jeu : robe, collants, talons, bijoux, parfum et maquillage. Je pense qu’il y a un lien entre cette décision et la tempête qui s’abat sur le secteur depuis hier soir. Mes plus plates excuses, même les bosselées d’ailleurs. J’ai décidé d’opter pour un maquillage léger pour les yeux, puisque je forçais sur celui des lèvres. Evidemment, j’ai éternué durant l’application du mascara. Ce qui m’a valu de lancer une telle volée de noms d’oiseaux que l’on se serait cru dans une volière.

Mais le plus grand moment de solitude a été l’application de l’encre à lèvres. Nickel, du premier coup ! C’était trop beau pour être vrai… Fière de moi, je me suis adressée, via le miroir, un grand sourire. Oh malheur, mes dents ! Sans réfléchir, je me suis précipitée dans la salle de bain pour me les brosser. Oh malheur, ma brosse à dents ! Ma bouche me donnant des airs de Joker, j’ai pris un gant de toilette, du savon et frotté le bas de mon visage. Oh malheur, Hannibal Lecter sors de ce corps ! J’ai baissé les yeux sur le lavabo. Oh mal… merde, puis merde en fait !

Vers 14h30, j’ai enfin pu rejoindre le manchot, vêtu en pingouin pour l’occasion, et l’homme qui valait trois dinars. D’après eux cela en valait la peine, d’après moi, mesdames, mais pourquoi tant de peine…

Chers vous tous, vous allez drôlement me manquer. J’ai pris la plume fin octobre, à l’annonce du deuxième confinement (et non pas second, puisque ce ne sera pas le dernier), déprimée. Juste quelques lignes qui n’étaient même pas drôles.

Puis de fil en aiguille, tout cela a pris une ampleur à laquelle je ne m’attendais vraiment pas. Sans prétention, aucune, Père Noël, j’ai l’impression de t’avoir accompagné dans ta tournée en faisant naître des arcs-en-ciel renversés sur les visages.

A présent, vous allez goûter à un repos bien mérité et notre correspondance pour cette année va prendre fin. Rendez-vous en 2021 ! En ce qui me concerne, j’ai reçu du courrier de quelques personnes et autres légendes qui souhaitent que nous entretenions une correspondance, je vais donc garder la plume à la main.

Chers habitants du Pôle Nord, c’est avec un gros pincement au cœur que je termine cette lettre. Comme quoi, le temps est passé vite après tout.

Prenez soin de vous !

Des baisers, des caresses, des câlins…

A l’an que ven !

Crédit photo : Gerd Altmann sur Pixabay.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :