Chronique 071 : « Naufrage en Enfer » de Guillaume Nicolleau

TITRE : Naufrage en Enfer    

AUTEUR : Guillaume Nicolleau

EDITEUR : Edilivre

GENRE : Roman policier – Suspense

248 pages

DATE DE PARUTION : 25 février 2022

Disponible en broché, sur internet.

Pour public averti.

NOTE : 3/5

RESUME : « En reportage à Haïti, la journaliste Rachel Simons et son caméraman, le jeune Jake Donovan, finissent par s’échouer sur une île déserte des Bahamas, après le naufrage de leur navire. Ces deux fortes personnalités vont alors devoir cohabiter et s’entraider dans cet endroit isolé, cachant bien des secrets. Après plusieurs semaines, un bateau accostera et les deux naufragés se croiront enfin sortis d’affaire. Mais ils seront loin d’imaginer que l’île où ils ont échoué appartient à une dangereuse organisation qui l’utilise chaque année pour une partie de chasse très spéciale… Entre chasseurs et proies, Jake et Rachel devront alors survivre pour quitter cet enfer. »

AVIS : Avant de vous donner mon avis, je tiens à rappeler que je n’ai nullement la prétention d’affirmer détenir la vérité universelle. Je vous invite donc à vous faire votre propre idée sur cet ouvrage qui, à n’en pas douter, sera un immense coup de cœur pour certains d’entre vous.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je n’ai pas accroché avec ce livre. L’histoire possède pourtant un certain potentiel, dont la fin en est indéniablement la preuve.

Le récit ressemble au scénario d’un feuilleton du dimanche après-midi. Tout y est exagéré : la violence, la testostérone, le sexe, l’hémoglobine… Cela en devient surréaliste, alors qu’avec un peu de retenue, on aurait pu avoir une histoire tout à fait vraisemblable et passionnante. Cependant, c’est peut-être un choix parfaitement réfléchi de l’auteur, ce que je respecte.

Pour le genre, nous ne sommes pas dans un roman policier. Je m’interroge beaucoup sur la raison de cette classification. En ce qui concerne le suspense, c’est plus délicat. Il y en a, mais, à mon sens, il est mal entretenu. Le lecteur n’a pas le temps de s’interroger qu’on lui donne sur un plateau d’argent tous les indices pour dénouer l’intrigue. Je m’attendais quasiment à tout ce que j’ai lu.

J’ai trouvé les personnages creux et caricaturaux. Leur psychologie manque de logique, sauf à la fin. Certains protagonistes, dont Rachel, sont des clichés ambulants.  

Le style ne présente aucune difficulté et, hormis quelques tournures de phrases et moultes répétitions, la plume demeure agréable à lire.

Je tiens à répéter que même si je tâche d’être la plus objective possible, cela n’en reste pas moins que mon avis. Je vous invite sincèrement à vous faire le vôtre, surtout si vous êtes friands du genre.

Choisissez bien votre embarcation, car vous pourriez faire naufrage en enfer.

Passionné de cinéma et d’écriture, Guillaume Nicolleau est aussi l’auteur de « L’Employé du diable ».

Pour vous procurer l’ouvrage, c’est par ici.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :