Chronique 080 : « La nécrose » d’Enzo Gallice

TITRE : La nécrose

AUTEUR : Enzo Gallice

EDITEUR : Le Lys Bleu Éditions

GENRE : Roman – Philosophie – Amour – Psychiatrie

108 pages

DATE DE PARUTION : 18 février 2022

Disponible en ebook et en broché, sur internet et en librairie.

Pour public averti.

NOTE : 4/5

RESUME : « Il ne se noyait pas, quelque chose semblait le tirer au fond de l’eau. Il disparut finalement après plusieurs secondes de lutte. Son ami qui conduisait hurla et sauta à l’eau. Je le voyais prendre sa respiration et, les pieds en l’air, se jeter à sa recherche… »

AVIS : Les trois ouvrages du triptyque « La Lutte », dont fait partie « La nécrose », peuvent être lus indépendamment les uns des autres.

Vous ne sortirez pas indemnes de cette lecture, c’est impossible. La vie et la mort s’entremêlent au fil des mots, dans un récit à la première personne dont on ne discerne pas toujours la réalité de la fiction. Les interrogations du narrateur ou de l’auteur, voire des deux, deviennent les nôtres et la nécrose s’empare petit à petit de notre esprit.

Quel intérêt de lire un livre qui fait souffrir ? J’ai envie de vous répondre que c’est souvent en affrontant nos plus profondes blessures que nous évoluons vers la meilleure version de nous-même. Puis s’interroger sur notre rapport à la vie, et donc inéluctablement sur celui à la mort, relève à mon sens d’une certaine logique. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de réponse à une question que nous ne sommes pas en droit de nous la poser.

Enzo Gallice est bourré de talent, sa plume, dans un style très classique, est captivante. A seize ans, il fait partie des jeunes auteurs prodiges et prometteurs. Je ne doute pas que l’on entendra beaucoup parler de son travail.

Cet ouvrage tient à la fois du roman, de l’autobiographie et de la thèse philosophique, même si vous n’avez pas besoin d’être adeptes de Nietzsche pour en saisir les tenants et les aboutissants.

Il y a par contre un énorme bémol au niveau de l’absence de correction des fautes, qui sont particulièrement nombreuses. Il s’agit pourtant d’un livre édité par une maison d’édition. (Petit clin d’œil aux détracteurs de l’autoédition.) Cependant, il serait dommage de passer à côté de cet ouvrage pour cette raison.

Préparez-vous à une sombre introspection, mais prenez garde qu’elle ne vous mène à la nécrose.

A seulement seize ans, Enzo Gallice a déjà publié trois romans et vient d’achever la rédaction d’un quatrième.

Vous pouvez suivre l’actualité de l’auteur sur Instagram.

Pour vous procurer l’ouvrage, c’est par ici.

Si vous commandez cet ouvrage en passant par mon lien, vous permettez à mon travail d’être reconnu. Merci !

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Un avis sur « Chronique 080 : « La nécrose » d’Enzo Gallice »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :