Chronique 045 : « 2040 : coquelicots et bleuets » de Colline Hoarau.

TITRE : 2040 : coquelicots et bleuets

AUTEURE : Colline Hoarau

EDITEUR : Nombre 7 Editions

GENRE : Anticipation – Roman du terroir

164 pages

DATE DE PARUTION : 13 août 2021

Disponible en ebook et en broché, sur internet et en librairie.

NOTE : 4/5

RESUME : « Au cœur de la société française de 2040, Mahavel, une jeune femme de 20 ans, fait une rencontre qui risque de définitivement bouleverser sa vie. Jour après jour, elle est amenée à se questionner sur son passé, son présent et son avenir, mais aussi à voyager entre sa région natale, la Bretagne, et sa terre d’origine, l’île de la Réunion. À travers un cadre spatio-temporel à la fois historique et futuriste, Mahavel nous emmène à la découverte de son histoire familiale.

Des nouvelles technologies à la santé, en passant par l’éducation et l’alimentation, Mahavel fait un bond dans le temps qui nous fait réfléchir et prendre conscience des enjeux majeurs actuels. »

AVIS : L’auteure est enseignante et cela se ressent énormément à la lecture de l’ouvrage. S’il débute tel un roman à la fois de terroir et d’anticipation, il cède cependant très rapidement la place à une encyclopédie futuriste.

La plume de Colline Hoarau est cette fois encore d’une grande qualité. Les clins d’œil à sa bibliographie, subtilement glissés dans le récit, sont amusants. En ce qui concerne le choix du découpage du texte, je le trouve à double tranchant. Autant cette construction permet d’intégrer facilement l’abondance d’informations, autant elle dessert le côté fictionnel. En effet, le style en devient relativement scolaire, affectant grandement l’aspect émotionnel.

Malgré tout, j’ai bien aimé ce livre parce qu’il est très recherché et que la plupart des théories sur le devenir de notre société ne sont pas aussi fantaisistes qu’il n’y parait. La partie historique ne m’a pas passionnée, je la trouve particulièrement condensée. En fait, je pense que ce roman est tout simplement beaucoup trop court, ce qui le rend extrêmement dense. La trame du récit aurait méritée d’être plus développée. A mes yeux, le gros point négatif réside dans les trop nombreuses explications et descriptions qui finissent par prendre le pas sur l’intrigue. L’histoire de Mahavel en devient plus que secondaire.

L’auteure a beaucoup de chose à écrire sur des idées variées, et elle le fait. Le roman aborde les thèmes de la Bretagne, de la Réunion, du passé, du présent et du futur, des régimes démocratiques, autoritaires et royalistes, de l’hétérosexualité et de l’homosexualité, ainsi que plus particulièrement de l’écologie, de la technologie et de l’amour. Je botte en touche à propos de ce dernier, puisque je suis loin de posséder une vision aussi détachée voire froide en ce qui concerne le sujet. Je te demande pardon Mahavel. J’ai fini par délaisser ton évolution pour m’intéresser au contexte dans lequel tu évolues.

Néanmoins, je vous invite à vous procurer cet ouvrage, car au-delà de l’aspect roman d’anticipation, la réflexion de Colline Hoarau sur l’impérative nécessité de transformer notre société à court terme est particulièrement intéressante.  

Colline Hoarau est l’auteure de plusieurs romans pour adultes, mais aussi de livres pour la jeunesse.  « 2040 : coquelicots et bleuets » est son dernier ouvrage paru à ce jour.

Pour vous procurer ce roman c’est par ici.

Vous retrouverez l’actualité de Colline Hoarau sur Facebook , Twitter et Instagram.      

Ainsi que sur son propre site internet.

Publié par melaniebonnotauteure

Auteure et chroniqueuse littéraire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :